Index

Proverbes : fahitra

Proverbe Aza atao tanantanana ivelan’ ny fahitra lahy. [Cousins 1871 #365]
Aza atao tanantanana ivelan' ny fahitra lahy aho. [Houlder 1895 #269]
Aza atao tanantanana ivelan' ny fahitra re aho. [Rinara 1974]
Aza manao zaza mena volo na tanantanana ivelan' ny fahitra. [Rinara 1974]
Aza manao zaza mena volo, tanantanana ivelan' ny fahitra. [Veyrières 1913 #961, Cousins 1871 #555]
Traduction française Ne me traitez donc pas comme un ricin poussant isolé en dehors du parc à bœufs. [Houlder 1895]
Ne traitez pas le nouveau-né comme un ricin qu' on jette du parc à boeufs, parce qu' il a les cheveux roux et qu' il est laid. [Veyrières 1913]
Interprétation française Le ricin était regardé comme une plante inutile : on l' arrachait lorsqu' il poussait dans le parc à boeufs. [Veyrières 1913]

Proverbe Aza manao tahon-katsaka am-body fahitra, ka izay miposaka mena somotra daholo. [Veyrières 1913 #1613, Houlder 1895]
Aza manao tahon-katsaka am-body fantsakana, ka izay miposaka mena somotra. [Rinara 1974 #42]
Traduction française Ne croyez pas que vous soyez comme des tiges de maïs poussant près d' un parc à boeufs : toutes celles qui poussent ont de beaux épis. [Veyrières 1913 #1613]
Ne croyez pas qu' il en soit de vous comme des tiges de maïs croissant près d' un parc à bœufs: toutes celles qui poussent ont de beaux épis. [Houlder 1895]
Interprétation française Ce proverbe veut dire qu' il ne faut pas se croire soi-même riche ou instruit par le fait qu' on se trouve clans la compagnie de gens qui le sont. [Houlder 1895]
Tous les hommes ne sont pas également sages et vénérables. [Veyrières 1913 #1613]

Proverbe Manda vato fefin' ny tanàna, rova mitsilotsilo fahitry ny lapa. [Nicol 1935 #351]
Traduction française Rempart de pierres sauvegarde de la cité, palissade hérissée de pointes qui entoure le palais. [Nicol 1935 #351]

Proverbe Ny anadahy toy ny vody fahitra : na soa na ratsy izay manjo lazaina azy avokoa. [Veyrières 1913 #1158]
Ny anadahy toy ny vodi-fahitra: na soa na ratsy, izay nanjo lazaina avokoa. [Houlder 1895 #1899]
Ny ray aman-dreny toy ny vody fahitra : na soa na ratsy, izay manjo lazaina avokoa. [Cousins 1871 #2394]
Ny ray aman-dreny toy ny vody fahitra : na soa na ratsy, izay manjo lazaina azy avokoa. [Veyrières 1913 #887]
Traduction française Le frère est pour sa soeur comme le trou à décharge du parc à boeufs qui reçoit tout : elle lui fait part de tout ce qui lui arrive soit en bien, soit en mal. [Veyrières 1913]
Le père et la mère c' est comme le fond du parc à boeufs où tout arrive bon ou mauvais : tout vient à eux, le bien et le mal, tout leur est dit. [Veyrières 1913]
Un frère est (pour une sœur) comme un père et une mère (litt. le trou du parc à bœufs par où s' écoulent les eaux): bien ou mal, on lui dit tout ce qui vous arrive. [Houlder 1895]
Interprétation française Beaucoup de femmes malgaches trouvent qu' un frère est meilleur confident qu' un mari. [Houlder 1895]
Ce proverbe disait l' appui que la soeur trouvait chez son frère. [Veyrières 1913]
Le père et la mère sont des conseillers et des protecteurs ; il ne faut rien leur cacher. [Veyrières 1913 #887]

Proverbe Ombalahy tsy mitrena, ataoko fa adidin' ny fahitra. [Veyrières 1913 #674]
Ombilahy tsy mitrena : adidin' ny fahitra. [Rinara 1974 #3421]
Traduction française Un taureau qui ne mugit pas, je pense que c' est la faute du parc où il est enfermé. [Veyrières 1913 #674]
Interprétation française Se disait des grands qui par leur faute avaient perdu leur autorité. [Veyrières 1913 #674]

Proverbe Ombilahy tsy mitrena, ataoko adidin’ ny fahitra. [Cousins 1871]

Proverbe Vody fahitra ka mahita ny tena atiny. [Rinara 1974 #5007]

Index