Index

Proverbes : bodo

Proverbe Alain-jaza bodo. [Veyrières 1913]
Alain-jaza tsy miteny. [Veyrières 1913]
Traduction française C' est comme la part qui revient à un enfant qui ne parle pas encore. [Veyrières 1913 #3383]
Interprétation française Se disait d' un droit évident contre lequel il n' y a pas à réclamer. [Veyrières 1913 #3383]

Proverbe Ilay manafina ala fady, ka fosain' ny bodo sy adala. [Rinara 1974 #1407]

Proverbe Tantely afa-drakotra, ka anjakan' ny adala. [Veyrières 1913 #684]
Tantely afa-drakotra ka anjakan' ny adala rehetra. [Houlder 1895 #1738, Cousins 1871 #3027]
Tantely afa-drakotra ka anjakan' ny bodo sy adala. [Rinara 1974 #4075, Rajemisa 1985]
Tantely vaky sarona, ka anjakan' ny lalitra. [Rinara 1974 #4104]
Interprétation malgache Ilazana zava-tsoa tsy misy mpiaro ka tonga baranahiny: samy mivantana ao daholo ny olon-drehetra. [Rajemisa 1985]
Traduction française Miel sans couvercle : il est la proie de tout le monde, des enfants et des mouches. [Veyrières 1913 #684]
Une fois qu' un pot de miel est découvert, tous les fous (c.à.d. les mouches) s' y précipitent. [Houlder 1895]
Interprétation française Se disait des royaumes, sociétés et familles mal administrées ; se disait aussi des biens abandonnés au gaspillage ; ou encore de ceux qui ne savaient pas remplir leurs charges ou faire leurs affaires. Andriamamilaza dit ce proverbe d' un des fils d' Andriambelomasina pour signifier qu'il était indigne de succéder à son père car sous son gouvernement le pays serait comme du miel dans une boîte ouverte. [Veyrières 1913]
Se dit en parlant des choses de valeur qui, dès quelles ne sont plus bien gardées, sont exposées à être endommagées on perdues. [Houlder 1895]

Proverbe Toy ny voatavo tsy mifandraka, fa zaza bodo. [Rinara 1974 #4381, Cousins 1871 #3258, Houlder 1895]
Voatavo tsy mifandraka, fa zaza bodo. [Veyrières 1913 #1547]
Traduction française Ces enfants sont comme des citrouilles que le ciseau n' a pas encore ouvertes : ils n' ont pas l' âge de raison. [Veyrières 1913 #1547]
Semblable à une courge: on ne peut s' en servir (litt. elle n' est pas encore évidée), car elle est trop jeune. [Houlder 1895]
Interprétation française Les courges ou calebasses doivent être mûres et sèches avant qu' on puisse les vider et s' en servir comme récipients. Ce proverbe s' emploie souvent sous la forme abrégée de "voatavo tsy mifandraka" , qui est alors une simple figure servant à désigner les petits enfants qui n' ont pas encore de raison. [Houlder 1895]

Index