Index

Proverbes : fanjakana

Proverbe Andriandrainazy tsy manam-panjakana; andriana, lozabe tsy monina amim-bahoaka. [Houlder 1895 #1420]
Andriandrainazy, tsy manam-panjakana ; lozabe, tsy monina amin' olona. [Veyrières 1913 #186, Rinara 1974 #231, Cousins 1871 #213]
Traduction française Un chef est-il débonnaire ? c’est le gâchis ; est-il cruel ? c’est la terreur. [Nicol 1935 #252]
Un roi trop débonnaire ne règne pas ; un roi trop sévère n' a pas de commerce avec les hommes, car on s' écarte de lui. [Veyrières 1913 #186]
Un souverain trop indulgent n' a pas de royaume (ou d' autorité); mais un souverain trop dur n' obtient pas l' affection de son peuple (litt. n' habite pas avec son peuple). [Houlder 1895]
Interprétation française Il faut un juste milieu. [Veyrières 1913 #5770]

Proverbe Ny an' ny manjaka lolohavina, ny antsika vimbinina. [Veyrières 1913 #227]
Ny antsika vimbinina; fa ny any ny andriana lolohavina. [Cousins 1871 #2177]
Ny antsika vimbinina fa ny an' ny Andriana lolohavina. [Houlder 1895 #1407, Veyrières 1913 #227, Rinara 1974]
Ny antsika vimbinina fa ny an' ny fanjakana lolohavina. [Rinara 1974]
Traduction française Ce qui nous concerne (c.à.d. nos affaires, à nous, le peuple), on le porte à la main, mais quant aux affaires du souverain, il faut les porter sur la tête. [Houlder 1895]
On porte sur la tête ce qui appartient au souverain ; nous portons à la main ce qui est à nous. [Veyrières 1913 #227]
Interprétation française Il faut leur donner la première place et y apporter le plus grand soin. [Houlder 1895]
On se servait de ce proverbe pour dire que les affaires de l'État étaient plus difficiles et plus sérieuses que celles des particuliers ; les paquets du souverain étaient portés avec respect. [Veyrières 1913 #227]

Index