Entrée Andriamanantena
Partie du discours   nom propre
Traduction française   Andriamanantena Célestin (1918-2002)
¶ Frère du poète Rado, il a été élève à l'Ecole Paul Minault de Tananarive, puis à l'Ecole de journalisme à Strasbourg. Dans les années 1960, il fonde avec son frère le seul hebdomadaire littéraire et satirique, Hehy, dont il est le directeur et rédacteur pendant 29 ans. Il sera un temps Président de l'Ordre des Journalistes de Madagascar, et membre de l'Organisation Internationale des Journalistes. Ecrivain, il a laissé plus de 300 poèmes, dont le recueil Bitsiky ny maritiory, des pièces de théâtre en faveur du nationalisme et de l'évangélisation, et plusieurs romans: Vavahady vaovao (1945), Rajohary (1947), Ritsodritsoka (1949), Tritriva (1958), Diary mena (1967), Norofena (1987). Il est président de l'UPEM à partir de 1991, succédant à Régis Rajemisa-Raolison. À ce titre, il change le nom de l'association, qui devient Havatsa-Upem. En 1992, il crée le journal littéraire Valiha. Il est également compositeur de musique. [Ranaivoson 2004]
Vocabulaire  

Entrée Andriamanantena
Partie du discours   nom propre
Définition malgache   Andriamanantena Georges (Rado) (1923-2008)
¶ Boky navoany:
¶  Dinitra (1973)
¶  Ando (1977)
¶  Zo (1989)
¶  Sedra (1993)
¶  Ny Teny Malagasy (1994)
¶  Tsy maintsy mipoaka ny sarom-bilany (2002)
¶  Voninkazo adaladala (2003) [3.1]
   Andriamanantena Georges no anarana nahaterahany tamin'ny 1 oktobra 1923, tao Ankadivato Antananarivo. RADO ilay mpanoratra kosa dia tonga 18 taona taty aoriana ary niray dia sy aina taminy. Zanak'Andriamanantena Gaston (mpitandrina) sy Razafindrafara izy, faralahy amin'izy dimy mianadahy. Nihalehibe tao Antananarivo sy nianatra tamin'ireto sekoly ireto izy: - Sekolim-panjakanan'i Faravohitra (1929) - F.F.M.A Ambohijatovo Atsimo (1933-1941) - Collège Paul Minault (1942) - Chambre de Commerce Antananarivo Mpitam-bola tao amin'orinasam-piarovana (La Préservatrice) no asa voalohany nataony (1942-1955). Tsy sarotra anefa ny maminavina fa ny asa nifandray tamin'ny Soratra no nanintona azy kokoa. Koa dia niara-nitazona ny Gazety Hehy tamin'ny rahalahiny Célestin Andriamanantena i RADO (1955-1966). Nandritra izany asa fanaovan-gazety izany no nanaovany fandalinam-pianarana manokana mifandray amin'io tany Strasbourg (1960). - Centre International d'Enseignement de Journalisme, Université de Strasbourg Avy eo dia niasa tao amin'ny Trano Famoaham-Boky Protestanta Imarivolanitra izy hatramin'ny 1974. Niverina Gazety Hehy : 1975-1977. Ary niasa 12 taona tao amin'ny ministeran'ny fanolokoloana ny zava-kanto revolisionera izy mandra-pahatongan'ny 1989, Talen'ny Foibe Fanapariahana ny Kolon-tsaina sy ny Zava-Kanto. Mpikambana ao amin'ny UPEM-HAVATSA i RADO, ao amin'ny Fikambanan'ny Mpikabary Malagasy ( FIMPAMA) koa izy, ary mpikambana mahefa ao amin'ny Akademia Malagasy nanomboka tamin'ny 1988. Dieny fahakely dia efa notaizain-dray aman-dreniny mba handala ny maha-Malagasy izy ary nampianarin'izy ireo momba ny fomba amam-panao sy ny fiteny ary ny ohabolana Malagasy. Dia karazan'ny efa voasoritra ihany ny diany kanefa dia nampiany fikirizana sy fiezahana izany, nombain'ny fianarany tamin'ireo sakaizany mpanoratra toa an-dry Pasitera Ravelojaona (izay isan'ny mpitolona tia tanindrazana rahateo) na Ravoajanahary Alphonse. Anisan'ny fisehoan'ny fitiavan-tanindrazana ny fanandratana sy fanomezan-danja ny maha-izy ny firenen'ny tena, isan'izany ny kolon-tsaina. Moa tsy ireny tokoa ve no mampisongadina ka mametraka ny tany iray amin'ny toerana tsy itoviany amin'ny hafa. Moa tsy ireny harena mampiavaka ireny izay tsy anan'iza afa-tsy izy irery no mahatokana azy ? Ka zary rehareha sy ivelarana amin'izao tontolo izao. Nanao betsaka tokoa i RADO na dia io fotsiny aza satria sady mpamoron-kira sy tononkalo izy no mpanao sary hosodoko no mpikabary, tamin'ito farany ito aza dia nahavita nanao Kabary am-panambadiana mihoatra ny 1300 izy ary mbola mitohy izany izao. Niarovany izany maha-Malagasy izany ny diam-peniny, kanefa nampiasainy koa io asa soratra io mba hampitana hevitra sy fankaherezana ho an'ireo mpiray tanindrazana aminy. Ireto ireo amboara 7 efa voatonta: Dinitra - 1973, Ando - 1977, Zo - 1989, Sedra - 1993, Ny Teny Malagasy - 1994, Tsy maintsy mipoaka ny sarom-bilany - 2002, Voninkazo adaladala - 2003. Efa misy dikan-teny Anglisy, Alema, Frantsay ary Rosiana izany asa sorany izany. Manana anjara ny vahoaka eran-tany. Ka aoka tsy ho tompon-trano mihono isika Malagasy. Nosafidiany ny hanoratra ny aingam-panahiny amin'ny teny malagasy ihany, tokam-po izy ka toy ny tsy fetezany hiala amin'ny Nosiny ihany ny fifikirany amin'ny Tenin-dRazany eo amin'ny Haisoratra. Raha mikikitra toy izany isika Malagasy na dia aty an-tany lavitra aza, eny fantatra fa tsy mora nefa azo ikirizana tsikelikely e, dia efa hisy ampahan'ilay fitiavan-tanindrazana mirehitrafo sahady ao anatintsika ao, lahinjiro hanilo ka hitondra antsika any amin'ny Tanin-dRazana sady Tanin'ny Taranaka. Antsika izao no miaro ny lasany sy manomana ny hoaviny. [http://havatsa.upem.frantsa.org/rado]
Traduction française   [2008/09/17] Georges Andriamanantena, alias Rado, tire sa révérence à l'âge de 85 ans. Doyen de l' Académie malgache et président d'honneur de l' Havatsa Upem (Union des poètes et écrivains Malgache), il a laissé une veuve et six enfants, dont quatre filles et deux garçons lesquels ont engendré pour le poète 26 petits et arrière petits-enfants. L'amour, Dieu et la Patrie, trois thèmes qui lui sont chers. Un parolier de renom et un poète engagé, la vraie particularité de Rado réside dans son universalisme. La beauté de ses textes basés sur la fraternité qu'il prêche et celle de toute l'humanité est née de son sentiment de partage. Il a approfondi ce sentiment pour donner le goût de la poésie à ses compatriotes. Le poète à laissé un héritage inégalable pour le peuple malgache tout entier. A noter que l'éminent membre de l'Académie malgache a sorti dix ouvrages contenant ses poèmes...

Georges Andriamanantena est né le 1er octobre 1923 à Ankadivato dans le quartier d'Antananarivo situé à l'est du Palais de la Reine. Il entra en 1929 à l'École officielle de Faravohitra, puis continua ses études à l'École d'Ambohijatovo Atsimo (de 1933 à 1941) et les termina au Collège Paul Minault en 1942. Georges Andriamanantena est le dernier fils des cinq enfants du pasteur Gaston Andriamanantena et de Razafindrafara. Dès son jeune âge, son père qui eut beaucoup d'influence sur son parcours littéraire, lui inculqua le goût de la langue et des valeurs anciennes malgaches, l'initia aux toriteny (sermon) ainsi qu'au kabary (discours) et à la musique. Il développa ses connaissances avec des enseignants émérites comme le pasteur Ravelojaona connu pour son patriotisme et Alphonse Ravoajanahary, un des premiers romanciers de la littérature malgache moderne. Il entre dans la vie active comme comptable dans une société d'assurances (La Préservatrice) à Tananarive mais n'y resta pas longtemps car son goût de l'indépendance l'incite à quitter ce travail pour rejoindre son frère Célestin Andriamanantena à la rédaction du journal Hehy (Rire). Il exercera ce métier de journaliste dans un premier temps jusqu'en 1966. Il n'a interrompu cette collaboration que pour poursuivre ses études à l'École de journalisme de Strasbourg en 1960. En 1961 lors de la enième saisie de leur journal, il écrit son célèbre poème "Ry fahafahana" (Ô Liberté). Pendant une dizaine d'années il travaillera à la maison d'édition protestante d'Imarivolanitra. Il reprendra pendant deux ans son métier de journaliste, de 1976 à 1978, puis sera employé par le ministère de la Culture et de l'art révolutionnaire. Son premier recueil, paru en 1973 sous le titre "Dinitra" (Sueur) et préfacé par son frère, contient tous les thèmes chers à Rado. On y trouve des poèmes sur l'apartheid en Afrique du Sud, sur les luttes fratricides notamment en Rhodésie, sur la guerre du Vietnam. Comme, "Mahazo maty" (Tu peux mourir maintenant) écrits en mai 1972 et inspirés par la manifestation des étudiants. Il appuyait la jeunesse porteuse d'espoir et il ne craignait pas non plus de mettre en cause les pouvoirs en place. Rado peut être considéré comme l'un des meilleurs poètes engagés malgaches dans tous les sens du terme. Chaque situation d'injustice éveille en Rado des sentiments de honte, d'impuissance et de révolte. Mais, dès lors qu'on s'attend à y trouver des lamentations et des cris de désespoir, ses poèmes sont au contraire des hymnes d'espoir. Outre la poésie, il possède des dons incontestés pour la musique et la peinture. Rado a composé une vingtaine de chants religieux qui sont connus à travers l'Ile et même à l'étranger, non seulement par les protestants, pour qui ils ont été composés mais par tous les Malgaches. [Madagascar Tribune fr]

Vocabulaire  
Illustrations  

Mis à jour le 2014/05/17
Formulaire pour nous envoyer des commentaires